ETUDES DE PAPILLONS

François DESPORTES (1661-1743)

Huile sur papier collé sur carton

 23,2 x 30,6 cm. 

Inv. Fp § 6 n° 83. Dépôt du musée national de la céramique de Sèvres

 Vers 1692-1700

Si l’on a longtemps cru que ces lépidoptères avaient été dessinés et peints à partir d’insectes naturalisés ou d’après des planches de dessins aquarellés ou gouachés, nous savons aujourd’hui que ces huit papillons, déclinés en dix-sept études, ont été peints d’après les papillons que Desportes avait peut-être luimême capturé afin de les observer. Les différentes espèces représentées, un vulcain, un paon de jour, un paon de nuit, un lasiommata maera, un écaille de martre, un robert le diable, un demi-deuil, et une piérides du chou, sont très présentes en Ile-de-France à cette époque. L’artiste décrit plusieurs fois le même insecte sous différents aspects, montrant ici le dessous des ailes, là leur profil, ou encore une vue de dessus. Plusieurs de ces papillons figurent à partir de 1711 dans des compositions allégoriques ou des natures mortes peintes par Desportes.