DOUBLE ÉTUDE D’UN HÉRON BUTOR, ÉTUDE D’UN RÂLE D’EAU ET D’UNE POULE D’EAU

Pieter BOEL (1622-1674) 

 Huile sur toile 

79 x 100 cm. 

Inv. 4026. Dépôt du musée du Louvre 

Vers 1658-1664

Formé par Frans Snyders, l’anversois Pieter Boel s’installe à Paris, peut-être dès 1658, et travaille avec Nicasius Bernaerts sous la direction de Charles Le Brun. Boel est l’un des premiers artistes à étudier les animaux vivants avec une intention naturaliste. Il se rend régulièrement dans les ménageries de Versailles qu’il décore et de Vincennes. Il y réalise une multitude de dessins, étudiant les attitudes des animaux à travers de nombreux croquis montrant une acuité et une vivacité rare dans les expressions animales. En 1668, Charles le Brun, directeur de la Manufacture royale des Gobelins lui confie l’exécution des modèles pour les cartons de l’ensemble des animaux destinés à figurer au premier plan de la tenture des Mois ou Maisons royales. C’est à partir de ces études d’animaux dessinées en noir et blanc que Boel compose les études peintes à l’huile, en couleurs, qui servent pour les cartons de tapisserie (des tableaux de grands formats qui servent de modèles aux lissiers). Cette tenture, exécutée entre 1668 et 1670, est composée d’une série de douze tapisseries tissées d’après les compositions imaginées par Charles Le Brun. Chaque tapisserie représente un mois de l’année, un signe du zodiaque et une des résidences royales de Louis XIV. Boel va puiser son inspiration sur le vif, parmi les animaux rassemblés dans la Ménagerie de Louis XIV à Versailles. Sa curiosité va autant aux espèces exotiques qu’aux spécimens autochtones. Le peintre offre ici les études peintes sur fond rouge de trois oiseaux que l’on trouve en Europe, vivant près des marais ou à proximité d’eaux douces. Ils sont peints grandeur nature, dans différentes attitudes décrivant précisément leurs mouvements. Le héron, un grand butor dit également butor étoilé, est montré dans deux attitudes de repos particulièrement caractéristiques, à gauche et à droite au premier plan, le cou allongé et le bec pointant vers le ciel. Il se caractérise par des taches dorées mouchetées et des stries noires. C’est le motif de droite qui a servi de modèle dans le carton du Mois de décembre. Au second plan, on trouve un râle d’eau que l’on reconnait ici à son cou gris ardoise entre les deux études du héron. Enfin, à la droite de la composition, penchée vers le sol, il pourrait s’agir d’une poule d’eau.